Banque d'emplois

Congrès OIIQ 2014 : La santé dans tous ces états

facebook twitter flickr vimeo

Symposium en santé mentale

La santé mentale dans tous ses états : évaluer pour mieux intervenir!

Mardi 4 novembre, 13 h 15 à 15 h

Claude LeclercClaude Leclerc, inf., Ph. D.
Professeur invité, Institut universitaire de formation et de recherche en soins
Université de Lausanne, Suisse
Professeur associé
Département des sciences infirmières
Université du Québec à Trois-Rivières
Sandra Thibault Sandra Thibault, inf., B. Sc., M. Sc. inf.(c.)
Infirmière clinicienne, santé mentale et soins psychiatriques
CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes
Saint-Eustache
Finissante du programme de maîtrise en sciences infirmières,  option santé mentale et soins psychiatriques.
Université du Québec en Outaouais

Au cours des dernières années, plusieurs facteurs comme les avancées en matière de connaissances scientifiques, la modernisation des lois professionnelles et l’orientation des structures de services vers la communauté exigent que les infirmières en santé mentale ajustent leur offre de services pour répondre aux besoins de la population. En effet, la majorité des personnes présentant des problèmes de santé mentale souhaite recevoir des services près de chez elles, dans leur communauté, et désire savoir à quoi elles peuvent s’attendre de la part de chacun des professionnels.

Dans le contexte de la réorganisation des services en santé mentale, il importe que les infirmières en santé mentale sachent expliquer clairement leur apport aux personnes malades, à leurs proches, ainsi qu’à leurs collègues de travail. Pour ce faire, il convient de préciser que « l’évaluation de la condition physique et mentale des personnes symptomatiques » constitue l’assise de l’exercice des infirmières, y compris de celles qui travaillent en santé mentale, et qu’elle leur permet d’intervenir en fonction de leur jugement clinique. Et maintenant, une nouvelle activité réservée aux infirmières, soit celle qui consiste à « évaluer les troubles mentaux », pourra être exercée par les infirmières qui y seront habilitées. En effet, depuis le 6 mars 2014, les infirmières répondant aux exigences décrites dans le règlement de l’OIIQ, à savoir détenir une formation universitaire de deuxième cycle en sciences infirmières, concentration santé mentale et soins psychiatriques, ainsi qu’une expérience clinique dans ce domaine, peuvent obtenir une attestation les habilitant à évaluer les troubles mentaux.

Dans un premier temps, les conférenciers clarifieront la portée de chacune de ces deux évaluations. Par la suite, ils illustreront, à l’aide d’exemples cliniques, l’application de ces deux types d’évaluation et leur complémentarité.

Finalement, ils vous proposeront des exemples de rôles à développer pour les infirmières en santé mentale.

» Un rôle accru pour les infirmières en santé mentale, Journal Métro, mardi 4 novembre 2014

» Téléchargez la présentation de Claude Leclerc

» Téléchargez la présentation de Sandra Thibault

» Téléchargez les questions et échanges du symposium

Écoutez la première partie du symposium en baladodiffusion

Écoutez la période de questions en baladodiffusion