Banque d'emplois

Congrès OIIQ 2014 : La santé dans tous ces états

facebook twitter flickr vimeo

Ateliers thématiques

Horaire

Consultez la liste de tous les ateliers thématiques.

A1
LES SOINS DU DÉVELOPPEMENT POUR L'ENFANT PRÉMATURÉ : DE L’HÔPITAL À LA MAISON
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

Les soins du développement s'inscrivent dans un continuum de l'hôpital à la maison. Les infirmières jouent un rôle stratégique dans le développement optimal des prématurés dans un moment de transition. Leur but est de faire face aux enjeux neurologiques des enfants prématurés et de mettre en place des facteurs de protection.

Reconnaître les stades du développement neurologique du fœtus/enfant.
Interpréter les comportements de l’enfant prématuré et reconnaître les signes de stress et les signes d’adaptation de ce dernier.
Repérer et utiliser des méthodes de retour au calme afin de maximiser l’organisation et l’autorégulation de l’enfant prématuré.
Connaître les sens à promouvoir ou à protéger à la maison.
Outiller les infirmières pour l’enseignement aux parents à l’étape du retour à la maison.

Marie-Josée Martel, inf., Ph. D.
Professeure
Département des sciences infirmières
Université du Québec à Trois-Rivières
marie-josee.martel@uqtr.ca

Isabelle Milette, inf., M. Sc. inf.
Infirmière praticienne spécialisée en néonatalogie
CHU Sainte-Justine
isabelle.milette@videotron.ca

» Téléchargez la présentation

 
A2
QUAND LA TOURNÉE PREND TOUT SON SENS!
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

Dans un contexte d'amélioration continue de la qualité des soins et de la sécurité de la clientèle, l’instauration d'une tournée horaire permettant d’anticiper les besoins et les préoccupations des patients influence positivement certains indicateurs de la qualité des soins infirmiers.

Démystifier la nature d’une tournée horaire proactive et systématique.
Connaître la démarche liée aux processus de planification, d’instauration et de suivi.
Apprécier les impacts de la tournée horaire sur les plans de la qualité et de la sécurité.

Joane Boulanger, inf., M. Sc. inf.
Conseillère en soins spécialisés
Centre hospitalier de l’Université de Montréal
joane.boulanger.chum@ssss.gouv.qc.ca

Ariane Delisle, inf., M. Sc. inf.
Conseillère en soins spécialisés
Centre hospitalier de l’Université de Montréal
ariane.delisle.chum@ssss.gouv.qc.ca

 

» Téléchargez la présentation

 
A3
LA CAMPAGNE QUÉBÉCOISE DES SOINS SÉCURITAIRES
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

La Campagne québécoise des soins sécuritaires, volet prévention et contrôle des infections (PCI), est composée des éléments suivants : l'application d'ensembles de pratiques exemplaires (EPE), la mesure et le suivi de la conformité à ces ensembles, ainsi que la mesure des taux d'infections associées.

Connaître le contenu de la Campagne québécoise des soins sécuritaires.
Connaître l'importance d'appliquer et de mesurer les pratiques exemplaires pour la qualité et la sécurité des soins.
Savoir comment mesurer les impacts des ensembles de pratiques exemplaires proposés pour les infections nosocomiales.

Annie Laberge, inf., M. Sc. inf.
Infirmière clinicienne spécialisée en PCI
Hôpital Marie-Clarac
annie.laberge@gmail.com

» Téléchargez la présentation

A7
LES INTERVENTIONS TÉLÉPHONIQUES DES INFIRMIÈRES CLINICIENNES EN MALADIES INFLAMMATOIRES DE L’INTESTIN REPENSÉES À L’AIDE DE LA PRATIQUE RÉFLEXIVE
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

On utilise la pratique réflexive pour aider les infirmières cliniciennes à améliorer leurs interventions téléphoniques auprès des patients atteints de maladies inflammatoires de l’intestin. Présentation de cette pratique, de ses résultats et de la littérature.

Énumérer les caractéristiques de la pratique réflexive effectuée dans le centre hospitalier.
Présenter les éléments d’amélioration des interventions téléphoniques et la littérature associée.
Repérer les éléments des interventions infirmières téléphoniques qui pourraient être adaptés pour le suivi de la clientèle atteinte de maladies chroniques.

Rose-Anne Buteau, inf., Ph. D.
Conseillère senior en soins spécialisés et recherche
Centre hospitalier universitaire de Québec
rose-anne.buteau@chuq.qc.ca

Julie Blanchet, inf., B. Sc., D.E.S.S. (adm. publ.) (c.)
Conseillère en soins spécialisés
Centre hospitalier universitaire de Québec
julie.blanchet.cha@ssss.gouv.qc.ca

» Téléchargez la présentation

 
A11
LE TRAITEMENT DES PLAIES CHRONIQUES ET COMPLEXES. RELEVER LE DÉFI DE LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

Les ergothérapeutes, les infirmières et les physiothérapeutes partagent l'activité professionnelle liée au traitement des plaies. Ces trois ordres professionnels ont uni leurs efforts pour adapter un cadre de collaboration interprofessionnelle qui fait ressortir la contribution de chaque discipline et leurs interrelations en ce qui concerne le traitement des plaies chroniques et complexes. Cet atelier rend compte de cette expérience positive afin de faciliter le travail interdisciplinaire dans les différents milieux de soins de la province.

Distinguer le champ d'exercice et les activités professionnelles des ergothérapeutes, des infirmières et des professionnels de la physiothérapie.
Connaître les actions professionnelles liées au traitement des plaies chroniques et complexes.
Saisir les interrelations entre les actions des ergothérapeutes, des infirmières et des professionnels de la physiothérapie relatives au traitement des plaies chroniques et complexes.

Louiselle Bouffard, inf., M. Sc.
Infirmière-conseil
Ordre des infirmières et infirmiers du Québec
louiselle.bouffard@oiiq.org

Nathalie Thompson, erg.
Analyste au développement de l’exercice professionnel
Ordre des ergothérapeutes du Québec
thompsonn@oeq.org

Sandy Sadler, pht.
Directrice, Direction du développement et du soutien professionnel
Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec
ssadler@oppq.qc.ca

» Téléchargez la présentation

A12
INTERVENTIONS ÉDUCATIVES POUR LE SOULAGEMENT DE LA DOULEUR DES PATIENTS ÂGÉS DE 75 ANS OU PLUS SE PRÉSENTANT À L'URGENCE AVEC UNE FRACTURE
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

Présentation d’une approche multifactorielle dont le but est d'améliorer l'évaluation et le soulagement de la douleur chez les patients de 75 ans ou plus, y compris ceux ayant une déficience cognitive, qui se présentent à l'urgence avec une fracture.

Apprendre comment développer une approche interdisciplinaire de l’évaluation et du traitement de la douleur à l’urgence.
Connaître les outils d’évaluation de la douleur chez les patients âgés, avec déficiences cognitives ou non, basés sur les données probantes.
Connaître les recommandations pour un contrôle optimal de la douleur à l’urgence.

Danielle Lamarche, inf., M. Sc. inf.
Conseillère cadre spécialisée en soins infirmiers, urgence
Centre universitaire de santé McGill
daniele.lamarche@much.mcgill.ca

» Téléchargez la présentation

A13
LE CONTACT PEAU À PEAU ININTERROMPU MÈRE-BÉBÉ À LA NAISSANCE : LA PRATIQUE INFIRMIÈRE QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

L’implantation d’une pratique novatrice privilégiant le contact peau à peau ininterrompu et sécuritaire pendant au moins deux heures suivant la naissance de tous les bébés, qu’ils soient nés par voie vaginale ou par césarienne.

Reconnaître les bienfaits du contact peau à peau ininterrompu après la naissance.
Connaître la démarche clinique et administrative qui a mené à l’implantation de cette pratique novatrice dans un cadre de collaboration interprofessionelle.
Réfléchir aux changements de pratiques et au leadership infirmier requis pour l’implantation d’une telle pratique.

Francine Martel, inf., B. Sc.
Infirmière consultante diplômée en lactation
CSSS de Laval
francinemartel@live.fr

Sophie Belzile, inf., M. Sc. inf.
Conseillère clinique à la Direction des soins infirmiers
CSSS de Laval
sbelzile.csssl@ssss.gouv.qc.ca

 

» Téléchargez la présentation

 
A14
LA MARIJUANA : ENTRE CONSOMMATION ILLICITE ET ASPECTS THÉRAPEUTIQUES, DÉGAGER LES ENJEUX CLINIQUES POUR LA PRATIQUE INFIRMIÈRE
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

Cet atelier traite des multiples enjeux cliniques propres aux soins et aux suivis infirmiers à faire auprès des usagers de marijuana, tout particulièrement auprès de ceux qui prennent déjà des médicaments.

Connaître les éléments d’évaluation et de surveillance pour l’usager atteint de divers problèmes de santé (santé mentale, suivi de grossesse, etc.) qui consomme de la marijuana.
Démystifier les situations cliniques nécessitant un ajustement des suivis et des traitements médicaux mettant en cause un usager consommant de la marijuana.

Jean Clermont-Drolet, inf., B. Sc.
Infirmier
Institut universitaire en santé mentale de Québec
clermontdroletjean@yahoo.ca

» Téléchargez la présentation

A21
ÉQUIPE DE CONSULTATION INFIRMIÈRE DE PROXIMITÉ
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

Le fonctionnement d'un système de santé performant repose, dans une large mesure, sur sa capacité à offrir des soins de première ligne accessibles, continus et intégrés. À cet égard, les infirmières sont particulièrement appelées à se mobiliser compte tenu du rôle central qu'elles exercent. Le projet « Équipe de consultation infirmière de proximité » vise à développer et à instaurer un modèle d'organisation interdisciplinaire reposant sur une pratique infirmière élargie. L'objectif de cette présentation est de reconnaître les leviers permettant à l'infirmière d'utiliser son plein potentiel et de connaître les conditions cliniques et administratives favorables.

Reconnaître les leviers permettant à l’infirmière d’occuper pleinement son champ d’exercice.
Connaître les conditions qui favorisent une pratique autonome.

Josée Boucher, inf., M. Sc. inf.
Conseillère clinicienne en soins infirmiers
CSSS du Nord de Lanaudière
Josee.boucher@ssss.gouv.qc.ca

Josée Coderre, inf., M. Sc. inf.
Conseillère clinicienne en soins infirmiers
CSSS du Nord de Lanaudière
josee.coderre.csssnl@ssss.gouv.qc.ca

 

» Téléchargez la présentation

 
A22
PRATIQUES EXEMPLAIRES POUR LA PRÉVENTION ET LA PRISE EN CHARGE DES DOMMAGES CUTANÉS ASSOCIÉS À L'HUMIDITÉ : UN CONSENSUS CANADIEN D’EXPERTS
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

Cet atelier portera sur les pratiques exemplaires de prévention et de prise en charge de l'intertrigo. L'intertrigo est une affection cutanée causée par l'humidité qui est fréquente chez diverses clientèles en milieu de soins ou en communauté.

Étudier les dommages cutanés associés à l'humidité (DCAH) et leur évaluation.
Connaître les recommandations du consensus canadien sur la prévention et la prise en charge de l’intertrigo.

Chantal Labrecque, inf., M. Sc. inf.
Consultante en soins de plaies
CliniConseil inc.
cliniconseil@yahoo.ca

» Téléchargez la présentation

A23
LE CONTACT PEAU À PEAU EN POST-PARTUM IMMÉDIAT : UNE PRATIQUE BASÉE SUR DES RÉSULTATS PROBANTS
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

L'atelier proposé est une formation selon une pédagogie active visant l'amélioration des connaissances des infirmières sur le contact peau à peau en post-partum immédiat (bienfaits, principes de base et recommandations) et la promotion d'une pratique basée sur des résultats probants.

Connaître les bienfaits du contact peau à peau pour le nouveau-né ainsi que pour la mère en post-partum immédiat.
Connaître les principes de base de la pratique du contact peau à peau selon les résultats probants.
Déterminer des stratégies pour réaliser une pratique du contact peau à peau en post-partum immédiat selon les résultats probants.

Jeanne Pigeon-Turenne, inf., B. Sc.
Infirmière clinicienne
CSSS Pierre-Boucher
jeanne.pigeon.turenne@umontreal.ca

» Téléchargez la présentation

A24
DÉVELOPPEMENT ET MISE EN ŒUVRE D’UN PROJET NOVATEUR VISANT LA RÉDUCTION DES CHUTES ET DE LEURS CONSÉQUENCES
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

L'optimisation de l’enseignement au patient par sa participation à la rencontre postchute est une valeur ajoutée certaine au programme de prévention des chutes. Les résultats ont montré une baisse significative des chutes ainsi qu'une meilleure réponse aux besoins des patients.

Impliquer le patient et son équipe de soins dans la mise en œuvre des mesures préventives individuelles afin d’éviter d’autres chutes.
Donner l’enseignement relatif à la prévention des chutes.

Nicole Soulard, inf., M. Sc. inf.
Conseillère clinicienne en soins infirmiers
Hôpital Marie-Clarac
nicole.soulard.macl@ssss.gouv.qc.ca

Johanne Sauvé, inf., M. Sc. inf.
Conseillère clinicienne en soins infirmiers
Hôpital Marie-Clarac
johanne.sauve.macl@ssss.gouv.qc.ca

» Téléchargez la présentation

 
A8
DÉVELOPPEMENT DE LA PENSÉE RÉFLEXIVE EN MODE E-LEARNING. UNE HISTOIRE DE CAS – FORMATION EN LIGNE – PLAIES DE PRESSION
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

Relever le défi de développer la pratique réflexive dans une formation en ligne portant sur la prévention des plaies de pression a été notre première préoccupation. Ce projet présente les moyens que nous avons pris pour y arriver et fait état de la qualité des résultats obtenus.

Explorer la démarche de développement d’une formation en ligne s’appuyant sur certains fondements de l’approche réflexive.
Explorer différentes activités d’apprentissage d’une formation sur la prévention des plaies de pression.
Découvrir les résultats obtenus auprès d’un groupe d’infirmières.

Diane Saint-Cyr, inf., B. Sc., M. Éd.
Infirmière clinicienne en stomothérapie
CSSS du Sud-Ouest-Verdun
Diane Saint-Cyr inc.
Centre de stomie Premier
dianestcyr@videotron.ca

Lise Lecours, Dt. P., B. Sc. Nutrition, M. Éd.
Présidente et directrice pédagogique
Le-cours.ca, Université de Sherbrooke
lise.lecours@le-cours.ca

A18
LA SIMULATION CLINIQUE HAUTE FIDÉLITÉ DANS LE CADRE DE LA FORMATION INFIRMIÈRE
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

La simulation clinique haute fidélité constitue une des stratégies pédagogiques utilisées par la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Cette présentation se veut un partage des connaissances en évaluation certificative de certaines compétences infirmières en simulation clinique.

Décrire l'apport de la simulation clinique haute fidélité dans le développement des compétences des étudiants en sciences infirmières.
Amorcer une réflexion sur l’évaluation certificative de certaines compétences infirmières dans un contexte de simulation clinique haute fidélité.

Haj Mohammed Abbad, inf., M. Sc. inf.
Responsable des laboratoires d'enseignement clinique
Faculté des sciences infirmières
Université de Montréal
haj.mohammed.abbad@umontreal.ca

Karine Rolland, inf., M. Sc. inf.
Responsable de formation professionnelle
Faculté des sciences infirmières
Université de Montréal – Campus de Laval
karine.rolland@umontreal.ca

» Téléchargez la présentation

 
A27
PASSER DES SOINS INFIRMIERS AUX SCIENCES INFIRMIÈRES, UNE EXPÉRIENCE D’ENSEIGNEMENT POSITIVE FAVORISANT DES CHANGEMENTS DE PRATIQUE
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

Une expérience d'enseignement auprès d'étudiantes-infirmières universitaires inscrites à un cours sur la discipline infirmière décrit plusieurs facteurs agissant sur leur pratique. La formation leur permet de redéfinir leur rôle, de réfléchir à de nouvelles normes de pratique et de peaufiner leurs idéaux.

Brosser un tableau des croyances et des connaissances personnelles des étudiantes-infirmières sur leur propre discipline.
Décrire les impacts pouvant influencer les défis infirmiers au quotidien.
Présenter les stratégies d’enseignement qui invitent les infirmières à comprendre le but de la science et de leur discipline en vue d'influencer des changements de pratique.

Chantal Verdon, inf., Ph. D.
Professeure et chercheuse en sciences infirmières
Université du Québec en Outaouais – Campus de Saint-Jérôme
chantal.verdon@uqo.ca

Lucie Lemelin, Ph. D.
Professeure et chercheuse en sciences infirmières
Département des sciences infirmières
Université du Québec en Outaouais – Campus de Saint-Jérôme
lucie.lemelin@uqo.ca

» Téléchargez la présentation

 
A9
L’ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 12 ANS : PERCEPTIONS DES INFIRMIÈRES EN SANTÉ MENTALE QUI LES CÔTOIENT
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

Présentation d'un projet de recherche au doctorat en sciences infirmières avec un devis qualitatif phénoménographique afin d'explorer les perceptions des infirmières travaillant en santé mentale par rapport à l'évaluation du risque suicidaire chez les 12 ans ou moins.

Reconnaître toute l'ampleur du rôle de l'infirmière par rapport à l'évaluation suicidaire chez les 6 à 12 ans en santé mentale (données épidémiologiques, principales pathologies associées, etc.).

Nathalie Maltais, inf., M. Sc. inf., Ph. D. (sc. inf.) (ét.)
Conseillère clinicienne spécialisée
Hôpital Rivière-des-Prairies
maltaisnathalie@hotmail.com

» Téléchargez la présentation

A10
RECONNAÎTRE ET GÉRER LA VIOLENCE EN PSYCHIATRIE : PERCEPTIONS DU PERSONNEL INFIRMIER ET DES PATIENTS EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ET DE DANGEROSITÉ
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

Cet atelier présente les résultats d'une recherche sur la violence en milieu psychiatrique et des pistes de solution pour contrer ce problème grandissant.

Comprendre et comparer les perceptions des patients et du personnel infirmier au sujet de l’agressivité et de la violence en milieu psychiatrique.
Dégager les paradoxes fondamentaux de la pratique infirmière en milieu psychiatrique concernant les questions d’agression et de violence.
Formuler des pistes de solution pour prévenir et gérer les épisodes d’agression et de violence en milieux psychiatriques.

Amélie Perron, inf., Ph. D.
Professeure agrégée
Faculté des sciences de la santé
École des sciences infirmières
Université d'Ottawa
amelie.perron@uottawa.ca

Louise Beauvais, inf., M. Sc. inf.
Conseillère cadre en soins infirmiers
Centre hospitalier de St. Mary
louise.beauvais@ssss.gouv.qc.ca

» Téléchargez la présentation

 
A19
LES BESOINS DES PÈRES PENDANT LA PÉRIODE PÉRINATALE : COMMENT LES INFIRMIÈRES Y RÉPONDENT-ELLES?
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

Les bénéfices de l'engagement paternel pour le bien-être des familles sont bien documentés et la présence et la participation des pères pendant la période périnatale sont souhaitées et fortement encouragées. Mais comment les parents perçoivent-ils la place faite aux pères par les intervenants et dans les services périnataux? Et quels sont les besoins des pères?

Découvrir les perceptions des pères et des mères sur la place occupée par les pères pendant la période périnatale.
Analyser la place faite aux pères dans les outils documentaires d'un CSSS.
Déterminer les principaux besoins des pères pendant la période périnatale et les pratiques infirmières qui permettent une réponse à ces besoins.

Christine Gervais, inf., Ph. D. (c.)
Coordonnatrice de recherche
Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles
christine.gervais@uqo.ca

Francine de Montigny, inf., Ph. D.
Professeure, Département des sciences infirmières
Université du Québec en Outaouais
Directrice, Centre d'études et de recherche en intervention familiale
Titulaire, Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles
francine.demontigny@uqo.ca

 

 
A20
RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DÉLIRIUM ET D’UNE PERTURBATION DE L’ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

Le RADAR est un outil d'observation rapide, fiable et valide des signes du délirium et d’une perturbation de l'état mental. Le personnel infirmier des milieux cliniques a évalué très positivement le RADAR en raison de son temps d'administration exceptionnel.

Les propriétés psychométriques du RADAR, notamment sa validité prédictive en termes de sensibilité et de spécificité, ainsi que sa fidélité interjuges.
Le potentiel du RADAR comme mesure du sixième signe vital : l’état mental.
Le potentiel d’application du RADAR dans divers milieux cliniques.

Philippe Voyer, inf., Ph. D. (sc. inf.)
Professeur titulaire
Faculté des sciences infirmières
Université Laval
philippe.voyer@fsi.ulaval.ca

» Téléchargez la présentation

A28
L'ÉTABLISSEMENT DE RELATIONS MÈRE-ENFANT ET PÈRE-ENFANT PRÉMATURÉ À L'UNITÉ NÉONATALE. QUELLES SONT LES DIFFÉRENCES?
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

L'établissement de la relation parent-enfant prématuré à l'UNN implique de nombreux défis tant pour les parents que pour leur enfant, et ce, même si ce dernier est né entre 32 et 37 semaines de gestation. Les mères et les pères utilisent des façons différentes pour établir la relation avec leur enfant.

Définir la relation parents-enfant.
Connaître les facteurs d'influence de la relation parents-enfant prématuré.
Reconnaître les particularités liées à la relation mère-enfant et père-enfant prématuré.
Tirer des conclusions et trouver des pistes de solution pour les parents pendant l'hospitalisation à l'unité néonatale et après le retour à la maison.

Marie-Josée Martel, inf., Ph. D.
Professeure
Département des sciences infirmières
Université du Québec à Trois-Rivières
marie-josee.martel@uqtr.ca

» Téléchargez la présentation

A29
DÉVELOPPEMENT ET ÉVALUATION D’UN OUTIL ÉDUCATIF WEB TRAITANT DU LYMPHOEDÈME SECONDAIRE DES FEMMES DIAGNOSTIQUÉES D’UN CANCER DES ORGANES GÉNITAUX : LYMPHEDUC-TAVIE
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

Le développement d'un outil éducatif Web, Lympheduc-TAVIE, a permis de répondre aux besoins d'information et de soutien éducatif de 15 femmes atteintes d'un cancer gynécologique ayant accès à cet outil comparativement à un groupe témoin.

Expliquer les étapes de développement de l’outil éducatif Web qu’est Lympheduc-TAVIE.
Connaître les résultats principaux de l’étude menée auprès de femmes atteintes d’un cancer gynécologique, qui ont été comparées en termes de savoirs, de satisfaction liée au soutien éducatif reçu et de prise en charge, et qui avaient accès ou non à Lympheduc-TAVIE.
Avoir des informations sur les contenus éducatifs attendus et demandés par les femmes atteintes d’un cancer gynécologique à risque de développer un lymphœdème secondaire.

Sylvie Dubois, inf., Ph. D.
Directrice des soins infirmiers
Centre hospitalier de l'Université de Montréal
sylvie.dubois.chum@ssss.gouv.qc.ca

Nathalie Folch, kinésiologue, Ph. D.
Conseillère à la recherche
Direction des soins infirmiers
Centre hospitalier de l'Université de Montréal
nathalie.folch.chum@ssss.gouv.qc.ca

» Téléchargez la présentation

 
A30
DÉPISTER LA DÉPRESSION PATERNELLE : POURQUOI? ET COMMENT?
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

Quels sont les indices que les pères que l'on côtoie en période postnatale présentent des difficultés sur le plan de leur santé mentale? Illustré par un cas clinique, cet exposé présentera les facteurs prédisposants à la dépression postnatale paternelle.

Décrire les facteurs d'influence de la dépression postnatale et du stress chez les pères.
Décrire comment la dépression et le stress influent sur l'engagement paternel.
Partager et explorer des stratégies infirmières pour soutenir la santé mentale des pères.

Francine de Montigny, inf., Ph. D.
Professeure, Département des sciences infirmières
Université du Québec en Outaouais
Directrice, Centre d'études et de recherche en intervention familiale
Titulaire, Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles
francine.demontigny@uqo.ca

Christine Gervais, inf., Ph. D. (c.)
Coordonnatrice de recherche
Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles
christine.gervais@uqo.ca

A6
LE RÔLE DE L’INFIRMIÈRE DANS LES RENCONTRES INTERDISCIPLINAIRES
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

L'auteure présentera les résultats significatifs concernant le rôle infirmier pendant les rencontres interdisciplinaires. L'élaboration d'un aide-mémoire présentant un rôle infirmier clair sera soutenu par les démarches provenant de la consultation auprès des différents professionnels du milieu.

Décrire le rôle attendu de l’infirmière pendant les rencontres interdisciplinaires.
Poursuivre la réflexion sur le rôle de l’infirmière pendant les rencontres interdisciplinaires dans les milieux.

Nicole Soulard, inf., M. Sc. inf.
Conseillère clinicienne en soins infirmiers
Hôpital Marie-Clarac
nicole.soulard.macl@ssss.gouv.qc.ca

» Téléchargez la présentation

A17
LE PRÉCEPTORAT À L’IUCPQ : AU-DELÀ D’UN PROGRAMME, UNE PHILOSOPHIE INSTITUTIONNELLE GAGNANTE
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

Cet atelier vise à présenter le développement, la mise en œuvre et l'évaluation du programme de préceptorat de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec qui se distingue du programme proposé initialement par le MSSS.

Décrire les différences entre le programme de préceptorat de l’IUCPQ et le programme provincial.
Reconnaître les facteurs facilitants et contraignants à l’instauration d’un programme de préceptorat.

Kathleen Vézina, inf., B. Sc.
Infirmière clinicienne et préceptrice
Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec
kathleen.vezina@ssss.gouv.qc.ca

Marie-Pier Caron, inf., B. Sc.
Infirmière clinicienne et préceptrice
Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec
marie-pier.caron@ssss.gouv.qc.ca

» Téléchargez la présentation

 
A26
DÉMARCHE D’AMÉLIORATION CONTINUE : VERS UN PARCOURS QUALIFIANT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES INFIRMIÈRES
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

Une démarche d'amélioration continue a permis d'analyser l'offre de formation offerte aux infirmières à la lumière de l'expérience du patient (et de sa famille) dans sa trajectoire de soins. Nous présenterons les parcours qualifiants standardisés et les étapes subséquentes.

Connaître le processus d'analyse permettant d'élaborer un parcours qualifiant de qualité.
Expliquer les retombées positives de la mise en place de parcours qualifiants standardisés.

Catherine Derval, inf., M. Sc. inf.
Conseillère en soins spécialisés
Centre hospitalier de l'Université de Montréal
catherine.derval.chum@ssss.gouv.qc.ca

Louise Handfield, inf., M. Sc. inf.
Conseillère en soins spécialisés
Centre hospitalier de l'Université de Montréal
louise.handfield.chum@ssss.gouv.qc.ca

 

» Téléchargez la présentation

 
A4
LA COLLABORATION ENTRE INFIRMIÈRES PRATICIENNES ET CLINICIENNES EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE : UN MODÈLE FONDÉ ET ORIGINAL
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

Présentation interactive d’un modèle fondé et original visant à promouvoir la collaboration intraprofessionnelle entre infirmières praticiennes spécialisées et infirmières cliniciennes en soins de première ligne.

La participante sera en mesure d’expliquer les trois composantes essentielles de la collaboration IPS-IC en soins de première ligne.
La participante sera en mesure de discuter, pour chaque composante, d'une action concrète visant à promouvoir la collaboration IPS-IC dans son milieu de pratique.

Zina Benshila, inf., M. Sc. inf.
Infirmière clinicienne
CSSS Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent
xenaz84@hotmail.com

Denise Malo, inf., Ph. D.
Professeure en sciences infirmières
Faculté des sciences infirmières
Université de Montréal
denise.malo@umontreal.ca

» Voir la présentation

 
A5
OPTIMISATION DU TRAVAIL INFIRMIER EN SOUTIEN À DOMICILE (SAD) SELON UNE APPROCHE DE RECHERCHE-ACTION
Lundi 3 novembre 16 h 30 à 17 h 30

Une étude de type recherche-action s'est intéressée au fonctionnement du travail fait par les infirmières en SAD. Après une collecte de données sur la clientèle, des pistes d'amélioration ont été proposées pour l'organisation du travail infirmier, ainsi que pour les processus cliniques et administratifs. Des rencontres avec les professionnelles ont permis de réaliser plusieurs changements organisationnels.

Utiliser des résultats de recherche pour objectiver les problèmes vécus en SAD.
Suggérer des pistes de solution afin de tenter de régler les problèmes qui ressortent de la collecte de données.
Rédiger un plan d’action dans le but d’instaurer des changements durables dans le milieu.

Liette Saint-Pierre, inf., Ph. D.
Professeure en sciences infirmières
Département des sciences infirmières
Université du Québec à Trois-Rivières
liette.st-pierre@uqtr.ca

» Téléchargez la présentation

A15
L’ASSISTANTE INFIRMIÈRE-CHEF D’UNITÉ : UN RÔLE CLÉ POUR LA QUALITÉ DES SOINS !
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

Dans le but d'améliorer la qualité des soins, le CHUM a actualisé le rôle de l'assistante infirmière-chef. L'atelier permettra de connaître le déroulement et les résultats du projet.

Mieux connaître le rôle de l'assistante infirmière-chef (AIC).
Connaître les éléments d'actualisation du rôle de l'AIC au CHUM.
Connaître les stratégies gagnantes pour mettre en place un projet d'actualisation du rôle de l'AIC.

 

Isabelle Sévigny, inf., M. Sc. inf.
Conseillère en soins spécialisés
Centre hospitalier de l'Université de Montréal
isabelle.sevigny.chum@ssss.gouv.qc.ca

Shelsy Sarrazin, inf., B. Sc.
inf.
Assistante infirmière-chef d'unité
shelsy.sarrazin.chum@ssss.gouv.qc.ca

 

» Téléchargez la présentation

 
A16
RÔLE DE L'INFIRMIÈRE EN CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE : UNE OPTIMISATION S'IMPOSE!
Mardi 4 novembre 13 h 15 à 14 h

Une étude de type recherche-action a permis, grâce à des observations directes, de comprendre le rôle actuel de l’infirmière en CRD et de proposer des pistes de solution visant une optimisation de ce rôle.

Comprendre la réalité des infirmières travaillant en CRD.
Trouver certaines pistes de solution permettant une optimisation du rôle infirmier en CRD.

Émilie Gosselin, inf., M. Sc. inf.
Professeure
Département des sciences infirmières
Université du Québec à Trois-Rivières
emilie.gosselin@uqtr.ca

» Téléchargez la présentation

A25
LES SUIVIS CONJOINTS POUR LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH OU L'HÉPATITE C : UN RÔLE INFIRMIER INNOVANT
Mardi 4 novembre 14 h 15 à 15 h

Le programme SIDEP-SABSA de la région de Québec offre des suivis conjoints aux personnes séropositives. Les infirmières innovent et optimisent leur champ de pratique grâce à des outils d’évaluation clinique et des ordonnances collectives.

Montrer comment s’applique le principe des suivis conjoints infirmières-médecins dans un contexte innovant.
Présenter une organisation des soins efficace et efficiente grâce à la création d’outils d’évaluation initiale, aux suivis et aux ordonnances collectives.
Expliquer les particularités de la pratique clinique auprès de populations vulnérables.

Chantale Labbé, inf., B. Sc.
Infirmière clinicienne
CSSS de la Vieille-Capitale
chantale.labbe@csssvc.qc.ca

Sandra Chouinard, inf., B. Sc.
Infirmière clinicienne
CSSS de la Vieille-Capitale
sandra.chouinard@csssvc.qc.ca

 

» Téléchargez la présentation